Comment faire pousser un tamarinier à partir d’une graine

Les Tamariniers (Tamarindus indica) se développent jusqu’à 30 mètres de hauteur et peuvent vivre plus de 200 ans. L’arbre a un tronc court avec de fortes branches tombantes, ses feuilles sont fragiles et aérées, ce qui le rend très résistant au vent. Faisant partie de la famille des pois et des haricots, il produit un fruit du type gousse avec de la pulpe et des graines à l’intérieur. La pulpe est sucrée et acidulée et peut être mangée cru ou bien utilisée pour faire des boissons, chutney, sauces et bien plus. L’arbre pousse mieux en plein air, il résiste très bien à la sécheresse mais il est très sensible aux températures en dessous de 0.

Choisissez un site approprié pour faire pousser le tamarinier. Il a besoin de beaucoup de soleil et une certaine protection contre le froid surtout quand il est jeune.

Vous pouvez choisir le côté sud d’une pente à cet effet ou construire votre propre protection contre le froid pour les deux premières années. Il peut tolérer de nombreux types de sol, des sols profonds et fertiles aux sols sableux rocheux, tant qu’ils sont bien drainés. Il peut résister à des embruns de sel s’il est planté près de rivages.

graine et gousse de tamarinPlantez vos graines de tamarin au printemps à 2 cm de profondeur. Les graines récoltées à partir de gousses restent viables pendant des mois et vont germer une semaine après la plantation. Si un plant n’apparaît pas dans les deux semaines, essayer à nouveau. Si vous en plantez plusieurs, espacez les tamariniers de 10 à 20 mètres de distance, en fonction de la fertilité du sol. Dans les sols les plus fertiles, le tamarin va vite grandir et aura besoin de beaucoup d’espace pour s’étendre.

Arrosez les graines nouvellement plantées tous les jours, juste assez pour humecter la terre. Gardez humide jusqu’à ce que la plantule pousse à quelques centimètres au dessus du sol, puis ralentissez l’arrosage. Après que le semis ait commencé à pousser vigoureusement, il faudra arroser une fois par semaine pendant la saison de croissance et juste assez pour mouiller les racines. Peu à peu limiter l’arrosage à l’automne et arrêter en hiver. Après les deux premières saisons, les tamariniers ont besoin d’eau que pendant les périodes de sécheresse, où ils ont tendance à laisser tomber leurs feuilles, ne les arrosez pas pas si vous sentez qu’ils n’en ont pas besoin.

Appliquez un engrais à libération lente 8-3-9 NPK au début du printemps pour les trois à cinq premières saisons de croissance. Les chiffres représentent la quantité d’azote, de phosphore et de potassium dans l’engrais. D’autres formulations d’arbres fruitiers vont également fonctionner. Le tamarin ne nécessite pas beaucoup d’éléments nutritifs du sol, mais cela va encourager une nouvelle croissance pour la saison.

Taillez les arbres en fin d’hiver avec un sécateur. Dans les deux premières années, choisir trois à cinq fortes branches latérales. Couper toutes les autres branches qui remontent presque au tronc. Après cela, le tamarin besoin de très peu d’attention. Découpez les branches mortes ou faibles par an pour augmenter le flux d’air.

You can leave a response, or trackback from your own site.


10 Responses to “Comment faire pousser un tamarinier à partir d’une graine”

  1. Katia dit :

    Bonjour! Est-ce que quelqu’un peut me dire si le tamarinier est autofertile ou non? Merci beaucoup!
    Katia

  2. Moi dit :

    Juste un détail de base, une graine ne se plante pas, elle se sème. Ça vous permettra d’être crédible à l’avenir.

    • Huet dit :

      En effet. c’est vraiment un détail !

    • Marie-pierre ANGIBAULT dit :

      il faut rester ZEN, franchement pas besoin de mettre de tels commentaires stériles sur ce site d’entraide.

    • olivier dit :

      Très désagréable le ton de ce commentaire! :/

    • Katia dit :

      Bonjour à tous les amateurs de tamariniers (je surnomme les miens « arbres à bonbons » tant les fruits me donnent l’illusion de délicieux candies).
      Je suis celle qui a demandé si les tamariniers sont auto-fertiles ou non.
      La réaction de « Moi » m’a beaucoup amusée. En effet, il y a une sacrée dissemblance entre « semer » et « planter ». Par exemple, la différence est sensible entre semer quelqu’un ou le planter. Noter qu’il y a aussi différence entre « planter » quelqu’un (le laisser seul à son triste sort) et le/la « planter » (un couteau dans le ventre ou ailleurs).
      Allez, trêve de plaisanterie! En tant qu’écrivain/journaliste, je suis sensible à la teneur exacte des termes. Mais voyez-vous, au-delà des dictionnaires, j’aime que les mots me suggèrent des images. Et par là donc, le mot semer m’évoque un geste de la main épandant des graines à la volée. Ou alors le semeur laisse choir graines ou semences dans des sillons fraîchement creusés. Dans la mesure ou je plante un doigt dans la terre pour y déposer une semence de près d’un centimètre (tamarin), le mot « planter » me paraît justifiable et crédible. Car apparemment, tout le monde a compris, « Moi » inclus!
      Ceci dit et afin de ne pas « semer » la pagaille entre vous, je vous « plante » à tous et toutes un gros bisous sur la joue.
      Quant aux tamariniers, je ne sais toujours pas s’ils sont autofertiles ou non… Ce que je sais, c’est que les miens ont maintenant 18 mois et qu’ils ont bien passé l’hiver.
      Amicalement,
      Katia

      • admin dit :

        Bonjour Katia, en ce qui concerne le tamarin, vous pouvez avoir quelques fruits par auto-pollinisation mais la pollinisation croisée est bien plus efficace pour avoir plus de fruits.

        • Katia dit :

          Merci beaucoup à admin! J’en ai « semé/planté » (comme vous voulez…) deux, donc cela devrait faire l’affaire. Cela prendra sans doute quelques années, mais l’arbre lui-même est vraiment très joli.
          Et merci pour votre site! Il est très sympa.
          Amicalement!
          Katia

          • admin dit :

            Avec plaisir, merci pour vos commentaires, ça permet de le rendre plus vivant ! Et n’hésitez pas à revenir nous voir quand vous aurez des fruits !

  3. Ulysse dit :

    Pas la peine d’être aussi rude, on sème ou on plante, du moment que ça pousse !

Commenter

Design By Limace