7 étapes incontournables pour cultiver des poireaux comme un professionnel

Les poireaux font partie de la grande famille des oignons (Alliaceae) mais leur culture est beaucoup plus rapide et facile que celle des oignons. Les poireaux sont prêts à être récoltés à partir de 14 semaines après la semence.

Les poireaux ont des « tiges » épaisses, blanches, au goût d’oignon (en fait la base des feuilles) qui sont généralement préparées en tranches. Ils sont utilisés pour ajouter une légère saveur d’oignon aux aliments ou peuvent être transformés en leur propre plat de soupe de pommes de terre et de poireaux.

Les poireaux peuvent remplacer les oignons. Ils sont peu caloriques mais riches en magnésium et en vitamines A, C et K.

Suivez nos sept étapes faciles pour une récolte de poireaux réussie, avec des conseils en cours de route.

Poireaux jardin potager

Quand planter les poireaux au jardin

Comme les oignons, les poireaux sont des cultures de saison fraîche qui poussent mieux entre 13°C et 24°C.

Dans les régions fraîches et tempérées, les semences sont semées de la fin du printemps à l’automne. Les jeunes plants sont plantés pendant l’automne et l’hiver.
Dans les zones tropicales et subtropicales, le poireau est une culture de saison sèche, semée en automne et au début de l’hiver.

Les poireaux peuvent être cultivés dans la plupart des régions de France. Renseignez-vous auprès des jardineries et des quincailleries pour connaître les variétés disponibles dans votre région.

Les plantes poussent mieux en plein soleil dans un sol qui retient bien l’humidité.
Trop d’ombre, en particulier lorsque les jours raccourcissent en hiver, peut rendre les poireaux grêles avec des tiges minces qui peuvent être sujettes à des ravageurs tels que les pucerons.
Les poireaux peuvent également être cultivés en pot, en veillant à laisser suffisamment d’espace entre chaque plant pour que les tiges se développent correctement.

Pour aller plus loin, découvrez 5 légumes que l’on peut planter au potager en décembre si le sol le permet.

Le sol idéal pour les poireaux

Préparez bien le sol pour obtenir une récolte abondante de poireaux savoureux.

A LIRE AUSSI :  7 légumes vivaces à planter une fois et à récolter pour toujours

Suivez nos conseils pour une préparation facile du sol :

  • Les poireaux préfèrent un sol riche et bien drainé
  • ils préfèrent un sol neutre ou légèrement alcalin avec un pH de 6,5 à 7,5. L’ajout de chaux avant la plantation est donc bénéfique et garantit une bonne croissance.
  • Ajoutez du compost ou du fumier bien décomposé avant de planter ou appliquez le compost liquide bio.
  • Appliquez un engrais bio et le mélanger à la terre végétale.
  • Arrosez bien et, si possible, laissez reposer le sol pendant une semaine environ.

Les 7 étapes incontournable pour la culture des poireaux

Étape 1 – Semer les graines

Les graines de poireaux peuvent être semées directement dans le sol ou dans des bacs à semis.
En pleine terre, faites pousser les graines semées directement dans un sol humide et bien préparé, à une profondeur de 6 mm. Espacer de 15 à 30 cm.
Dans les plateaux de semis, semer dans des alvéoles individuelles ou des barquettes. Repiquer au bout d’environ six semaines.
Bien arroser pour augmenter le taux de germination des graines. Mélanger 30 ml de concentration d’engrais bio pour 9 litres d’eau (arrosoir standard).

Étape 2 – Germination

Les graines de poireaux mettent 10 à 14 jours pour germer, en fonction de la température. Observez les petites feuilles qui sortent du sol.
Éclaircissez les minuscules semis à 5 cm les uns des autres lorsqu’ils mesurent environ 5 cm de haut, afin d’éviter le surpeuplement et le mauvais développement des racines.
Pour éviter de perturber les racines, utilisez des ciseaux ou une pince à épiler pour éclaircir les semis.
Pour une croissance forte et saine, utiliser de l’engrais bio toutes les 2 semaines. Mélanger 20 ml de concentré pour 9 litres d’eau.

Étape 3 – Semis de poireaux prêts à être transplantés

Repiquez vos propres semis de poireaux lorsqu’ils sont assez grands pour être manipulés (environ 12 cm de haut), environ 10 semaines après les avoir semés.
Espacez les plants de 15 à 30 cm et enfoncez-les dans le sol.
Si vous plantez à partir d’une barquette achetée, suivez les instructions sur l’étiquette de la plante et enfoncez fermement la terre autour des racines des semis.
Arrosez vos semis nouvellement transplantés avec de l’engrais bio liquide pour les aider à surmonter le choc de la transplantation et pour assurer un développement solide des racines et une croissance saine.

A LIRE AUSSI :  Comment faire pousser de la lavande

Étape 4 – Blanchir les semis

Pour obtenir des tiges blanches ou « blanchies » pour vos poireaux, suivez ces méthodes de culture alternatives. Plantez les semis dans des tranchées d’environ 15 à 20 cm de profondeur. Couvrez les racines de manière à ce que les plantes soient stables mais pas enterrées.
Un arrosage doux permet de laver la terre autour de la tige. Au fur et à mesure de la croissance des jeunes plants, remettez de la terre autour de la tige.
D’autres méthodes de blanchiment consistent à faire pousser les poireaux dans des tubes fabriqués à partir de tuyaux ou de cartons de lait recyclés.
Placez ces objets autour de la plante pour empêcher la lumière de pénétrer à la base de la tige, afin qu’elle reste blanche.

poireaux culture

Étape 5 – Croissance des poireaux

Au fur et à mesure que les jeunes poireaux poussent, maintenez le sol autour des plantes en développement désherbé à la main ou biné.
Répandez de la paille de pois ou du paillis de canne à sucre autour de chaque plante pour éliminer les mauvaises herbes.
Les poireaux aiment rester humides, il faut donc vérifier l’humidité du sol tous les jours. Si possible, arrosez tôt le matin.
Toutes les 6 à 8 semaines, faites une nouvelle application d’engrais bio afin de produire des tiges charnues.

Étape 6 – Croissance continue des poireaux

Nourrissez vos poireaux avec de l’engrais bio toutes les 1 à 2 semaines pour favoriser une croissance rapide et des poireaux bien dodus.
Les poireaux qui subissent un stress hydrique peuvent être durs et ne pas fleurir, continuez donc à les arroser régulièrement.
Vérifiez le paillage et augmentez sa profondeur au fur et à mesure que les poireaux grandissent. Cela permet également de limiter la quantité de terre qui peut pénétrer dans la tige.
Vérifiez quotidiennement l’absence de parasites pendant que les poireaux grandissent. Examinez soigneusement les tiges, car il y a de nombreuses couches où les parasites peuvent se cacher.
Laissez les poireaux dans le sol et cueillez-les le jour où vous prévoyez de les manger. N’oubliez pas que la qualité commence à se dégrader autour de la floraison.

A LIRE AUSSI :  Comment faire pousser des chayotes

Étape 7 – Récolte des poireaux

Les poireaux sont prêts à être récoltés lorsqu’ils atteignent une épaisseur de 2 à 2,5 cm, soit environ 12 à 18 semaines après la transplantation.
Récoltez les tiges si nécessaire (mais avant la floraison). Lavez et coupez les racines et les feuilles les plus dures.
Les poireaux peuvent être granuleux si de la terre s’est infiltrée entre les gaines des feuilles.
Pour éliminer la saleté, retirez les feuilles extérieures coriaces, faites des coupes verticales dans la tige, puis lavez bien.

A surveiller pour réussir la culture des Poireaux

Les poireaux bien cultivés ont peu de problèmes de parasites. Les maladies sont généralement évitées grâce à un espacement correct lors de la plantation et à l’absence de mauvaises herbes dans la zone de culture. Voici quelques problèmes qui peuvent survenir :

  • Les pucerons :

Ces minuscules parasites noirs ou verts se regroupent sous les feuilles. Écrasez-les, arrosez-les ou contrôlez-les naturellement.
Thrips de l’oignon Ces minuscules insectes provoquent des mouchetures blanches sur les feuilles. Enlever les feuilles les plus touchées et augmenter l’arrosage pour compenser les dégâts causés par l’alimentation.

  • Les limaces et escargots

Ces ravageurs peuvent détruire les jeunes plantes. Les escargots et les limaces sont actifs la nuit ; écrasez ceux que vous voyez. Utilisez des appâts non toxiques à base de fer pour les contrôler.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *